• Livres chroniqués
  • Coups de cœur
  • Acquisitions livresques
  • Tags et challenges
  • Autour du livre
  • 6 avr. 2019

    Outresable de Hugh Howey - Post-apo balnéaire

    Auteur : Hugh Howey
    Éditeur : Actes Sud
    Genre : Science-fiction
    Pages : 400 (grand format)

    Le résumé : Depuis des siècles, le sable a tout englouti. A la surface, battu par les vents et harcelé par des dunes mouvantes, un nouveau monde essaie tant bien que mal de survivre. A sa tête, les plongeurs, une petite élite qui descend toujours plus profond à la recherche des artefacts de jadis, prisés comme autant de trésors. L'un de ces plongeurs s'apprête à partir à la recherche de Danvar, la cité mythique objet de tous les fantasmes. Pour espérer la trouver, Palmer sait qu'il lui faudra atteindre des profondeurs jamais encore explorées. Et si elle n'existe pas, sa combinaison de plongée sera son sarcophage.


    Ma chronique : Comme beaucoup de lecteurs j'ai découvert Hugh Howey à travers sa trilogie Silo dont le premier tome fut un coup de cœur et le dernier, malheureusement, un coup de beurk. Vous imaginez donc le dilemme quand je suis tombée sur Outresable. Tenter le coup, le laisser passer ? Que faire, mais que faire ? Fidèle à moi-même j'ai finalement lâché prise et acheté le bestiau - y en a -t-il vraiment que cela surprend ? - et orteils en éventails, j'ai mangé du sable par paquets. C'était plutôt goûtu quoiqu'un peu amer parfois, mais dans l'ensemble bien bon.

    Palmer vit dans un monde désertique fait de dunes et de vent. Des centaines de mètres de sable ont recouvert le monde ancien et seuls les plongeurs sont à même d'extraire de ses gratte-sol profondément enfouis l'une ou l'autre richesse. Nombre d'entre eux y laissent fréquemment la vie, enterrés vifs, mais de l'avis général le jeu en vaut la chandelle : tout objet issu de ce temps oublié se monnaie cher, et d'argent chacun a désespérément besoin. Mais de toutes les cités englouties, c'est la mythique Danvar qui suscite le plus de convoitises. Or les bandits qui viennent de recruter Palmer et son ami Hap l'ont localisée. Ne reste plus qu'à plonger huit cent mètres pour l'atteindre et apporter la preuve formelle de son existence. Réussir une telle plongée serait un exploit effrayant en soi, mais rien de comparable au chaos qui s'annonce alors que résonne depuis le No Man's Land lointain le son de centaines de bombes. 

    Du sable, du sable, encore du sable : on ne va pas se le cacher, le gros point fort d'Outresable, c'est son univers. Imaginez-vous un soleil de plomb, un monde fait de dunes et de poussière à perte de vue, un désert hors de toute proportion, et dans ce décor post-apocalyptique une humanité survivaliste prête à tout pour lutter contre son ensablement définitif. Figurez-vous glisser un orteil dans ce sable brûlant puis sentir le sable devenir terriblement fluide et chuter, couler au fond d'un océan de grains - bientôt votre tombeau. Vous voilà aux côtés de Palmer, de Vic, de Conner ; six pied sous terre et bien plus encore, à partager avec eux l'angoisse des poumons qui brûlent de devoir se remplir, de la batterie bientôt à sec à deux doigts de flancher et de la conscience terrible du sort qui vous guette. Vous voilà corps et âme dans Outresable, à économiser de votre souffle jusqu'à votre salive, comme en écho à la tourmente de ces héros que Hugh Howey malmène


    Crève-la-soif, crève-la-dalle, crève tout court : plonger dans Outresable, c'est savourer  inconsciemment chaque bouffée d'oxygène et chaque gorgée d'eau pour tout ces protagonistes qui ne le peuvent pas.

    Du sable du début à la fin donc, et avec un tel lot de gorges sèches et de lèvres craquelées que peut-être on en vient à craquer nous aussi  - et pas forcément toujours en bien. A construire Oustresable autour d'un seul et unique pilier, on sent le récit parfois répétitif et souvent prévisible. Quand bien même plonger d'une dune à l'autre est un plaisir de nouveauté dans lequel on s'ensable avec joie, il n'y a pas de réelles surprises une fois les mécanismes de la plongée intégrés et ses merveilles désamorcées. Le roman débute en force avec un Palmer repoussant toutes limites - celles de notre monde comme du sien - puis l'abandonne pour un on-ne-sait-trop-quoi de platitude exaspérante et d'apnées trop belles pour être vraies. On est perdus, on s'interroge, on voit défiler les protagonistes et les réponses ne viennent malheureusement que bien tard et en bien petit nombre. Le charme d'Outresable est de ne pas parvenir à en percer les mystères, oui, mais quelques éclaircissements auraient toutefois été les bienvenus. Le dernier quart du roman est heureusement là pour donner un coup de punch bienvenu et lancer enfin l'intrigue sur ce qui aurait dû en être le corps : une lutte pour la survie où chacun rend coup pour coup, le post-apo et le sable en prime

    Du très bon et du moins bon en somme, mais un séjour à la plage - la mer en moins - que je ne suis pas prête d'oublier. Si je souhaitais me réconcilier avec Hugh Howey, j'aurais pas pu choisir meilleur livre. Pour moi qui entame doucement une petite transition vers davantage de SF, Outresable tombait a point. Les bonnes idées sont là, l'intrigue un peu moins, mais si vous voulez du sable vous allez être servis... et peut-être voir d'un autre œil votre prochaine virée estivale en bord de mer. Celui-ci, je vous le recommande gentiment.

    Note : 16/20

    Date :  31 mars 2019 - 05 avril 2019

    2 commentaires:

    1. Effectivement il y a pire mais il y a aussi mieux... pour commencer à lire (ou relire) de la SF c'est sympa... mais pas extraordinaire. Je dirais que si tu veux lire un peu de SF fun, la controverse Zara XXIII de John Scalzi est vraiment génial ;)

      RépondreSupprimer
      Réponses
      1. Merci du conseil, je prends note ^^ ! J'ai déjà mis la main sur "Le vieil homme et la guerre" de Scalzi et j'espère accrocher pour plonger à fond dans son univers. J'en ai entendu beaucoup de bien et à mon avis ce n'est plus qu'une question de (petites) semaines avant que je ne me lance ! Sa (nouvelle ?) saga "L'Interdépendance" me tente aussi beaucoup. Bref, j'en ai même pas encore lu que je ne sais déjà plus où donner de la tête x) !

        Supprimer