5 mai 2018

Silo, tome 2 : Origines de Hugh Howey

Auteur : Hugh Howey
Éditeur : Actes Sud (2014)
Genres : Science-fiction
Pages : 565 (grand format)

Cette chronique peut contenir des spoilers du tome un !

Le résumé : En 2049, le monde est encore tel que nous le connaissons, mais le temps est compté. Seuls quelques potentats savent ce que l'avenir réserve. Ils s'y préparent. Ils essaient de nous en protéger. Ils vont nous engager sur une voie sans retour. Une voie qui mènera à la destruction ; une voie qui nous conduira sous terre. L'histoire du silo est sur le point de débuter. Notre avenir commence demain.

Ma chronique : Les tomes deux ont bien souvent la fâcheuse réputation de ne pas être à la hauteur des premiers et derniers volumes d'une saga. Mais à chaque généralité, ses exceptions. Et que dire de Silo : Origines si ce n'est qu'il fait partie des meilleures de celles-ci ?

En 2049 et bien que l'être humain foule toujours la surface de la Terre, certaines puissances mondiales œuvrent dans un secret tout relatif à la destruction de la civilisation. Cependant, une poignée d'hommes politiques alertes et résolus à préserver coûte que coûte l'espèce humaine envisage déjà l'avenir. Un avenir souterrain fait de béton armé et d'Ordre. Et c'est au député Donald Keene, alias Donny, que le sénateur Thurman s'adresse pour concevoir les plans d'un gratte-ciel gigantesque... enfoui dans le sol. L'objectif du projet tel qu'il est présenté à Donny est simple : dresser les plans d'un bunker souterrain sensé accueillir les milliers d'ouvriers du futur site d’ensevelissement de déchets nucléaires. D'abord appliqué et consciencieux, Donald fait peu à peu face à d'improbables détails qui le surprennent ; jusqu'à comprendre, hélas bien trop tard, l’odieux projet auquel il a pris part malgré lui...

S'il est d'excellents livres qui se dégustent lentement mais sûrement, il en existe d'autres, tout aussi bons, que l'on dévore presque littéralement sans même s'en rendre compte. C'était déjà le cas de Silo ; et Hugh Howey a remis le couvert avec Silo : Origines pour le plus grand bonheur de ses lecteurs. Composé de chapitres courts appelant chacun à la lecture immédiate du suivant, Silo : Origines est un page-turner redoutable. Qu'il le veuille ou non, tout lecteur réceptif éprouvera de grandes difficultés à se défaire de ce roman et sacrifiera à cet égard bien des minutes de sommeil. Adeptes de la mesure et des nuits réparatrices, vous voilà prévenus !

Car là où le premier volume de la saga ne s'attaquait qu'au silo 18, Silo : Origine se veut plus ambitieux. Chapitre après chapitre, siècle après siècle, Howey met à l'honneur d'autres colonies, d'autres histoires humaines. Des histoires qui inspirent et qui écœurent, à l'instar des hommes et des femmes qui les vivent, et qui ne laissent jamais le lecteur indifférent. Au fil de sa progression ce dernier s'insurge, s'étonne et réfléchit. L'auteur le malmène, le force à contempler le problème sous toutes ses facettes (même celles qui lui plaisent le moins), et à en intégrer toutes les données avant d'émettre un jugement. Ainsi, quand bien même il ne saurait être d'accord avec chaque protagoniste, le lecteur apprend à tous les entendre, et à tous les écouterMais il est hélas facile de se perdre dans cette myriade d'époques, de silos et de protagonistes. D'un point de vue strictement chronologique, les événements se succèdent dans le plus grand désordre, et le lecteur doit s'accrocher pour reconstituer de lui-même le tableau que dresse Howey. Un défi de taille que j'ai pour ma part adoré relever malgré certains moments de doute, et qui m'a permis de m'impliquer encore davantage dans cette aventure. Déjà sollicité auparavant, le lecteur donne encore plus du sien et contribue ainsi à faire de cette oeuvre la sienne tout autant que celle de l'auteur.

Enfin, Silo : Origines c'est aussi l'apparition d'un personnage phare et inattendu : Donald Keene. Traversant les siècles, il est avec Juliette l'un des leviers essentiels au scénario et à sa tenue. Sans être irréprochable, il apprend peu à peu de ses erreurs et n'hésite pas à se remettre en question. L'on pourrait presque le voir comme l'alter ego de Juliette ; ce qui, sans en dire davantage, annonce un troisième tome explosif et riche en émotions côté lecteur. 

Je n'ai donc qu'une seule hâte : me plonger dans ce dernier tome que je devine déjà excellent, et connaître enfin le fin mot de cette histoire futuriste... qui tient peut-être bien moins de la fiction que ce que l'on croit.


Note : 18/20

Date : 01 mai 2018 - 04 mai 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire